Photo: Edgar Flauw
Photo: Edgar Flauw

Le violoncelle est bien connu pour sa proximité avec la voix. De ce constat a germé l’idée d’un projet musical autour du chant traditionnel et des possibilités de l’associer à cet instrument. Suite à une phase d’exploration, Marc CLERIVET au chant et Ludwig BETIN au violoncelle ont décidé de créer le duo Le Chant des Cordes, en axant leur travail autour des répertoires traditionnels chantés de Haute-Bretagne.

Même si le lien n’est pas évident au premier abord, l’axe directeur a toujours été d’obtenir une musique cohérente, le jeu du violoncelle favorisant autant l’accompagnement du chant que le dialogue avec celui-ci. Les inspirations de Ludwig sont très éclectiques. Initialement très influencé par un style d’accompagnement classique voire baroque, il s’est peu à peu imprégné des techniques de jeu des instrumentistes à cordes populaires et a trouvé un juste équilibre avec des formes plus contemporaines.

Choisir le répertoire parmi des fonds de collectes écrites a constitué le deuxième élément du projet. Cela rejoint l’idée chère à Marc de « réoralisation », c’est-à-dire « Redonner vie » à des chansons tombées dans l’oubli en les interprétant dans le style des « anciens » qui ont été enregistrés. Mélodies, complaintes, marches, danses mais aussi des formes plus brèves issues des enquêtes des folkloristes du 19e siècle, notamment ceux de Gustave Clétiez forment ainsi le socle du répertoire, étoffé par la suite de chansons issues des collectes orales plus récentes.

Principalement destiné au concert, Le Chant des Cordes peut se décliner au gré des envies dans des formules de veillées ou de fest-noz.

  

Teaser

Photo: Edgar Flauw
Photo: Edgar Flauw

Violoncelliste, passionné d’instruments à cordes, Ludwig BETIN s’intéresse à différentes esthétiques, du classique aux musiques actuelles. Actuellement il développe plus particulièrement des projets dans le domaine des musiques traditionnelles en général et de Bretagne en particulier.

Durant deux saisons (2013 et 2014), il s’est investi pleinement comme musicien dans le cercle celtique de Landerneau (arrangements et compositions des suites scéniques). En 2014, il choisit de poursuivre son travail en lien privilégié avec la danse, en rejoignant le collectif Rod an Amzer. D’autre part, il développe d’autres projets dans le domaine de la musique à danser (comme Triptik pour le fest-noz) et plus singulièrement dans une formule de duo concertant avec Marc CLERIVET, nommé Le chant des cordes, laquelle, selon les contextes (fest-noz, veillées, repas, etc.), peut être déclinée de manière moins formelle.

Photo : Fred Harnois
Photo : Fred Harnois

Ludwig commence très jeune sa pratique du violoncelle. A l’âge de 5 ans, il débute à l’école de musique de Redon. Son professeur, Luc Saint Loubert-Bié, musicien  au sein de la Simphonie du Marais lui donne le gout de la musique baroque et l’initie très tôt aux techniques du contrepoint et de la basse continue. Au collège, il rejoint le Conservatoire de Nantes en section « horaires aménagées musique », puis, au lycée, celui de Rennes pour un cursus TMD.

Très tôt, il participe à divers projets musicaux comme l’Orchestre des Jeunes des Pays de la Loire ; Orchestre des Jeunes Européens ; La Symphonie Mécanique (festival « Les Tombées de la Nuit »,…) … Il passe parallèlement  différents concours dans le monde de la musique classique tant pour se situer musicalement que pour se confronter à d’autres violoncellistes (UFAM…). C’est au cours de ses années de lycée que Ludwig s’est ouvert à d’autres horizons musicaux : Irlandais et Breton notamment.  Il se met à la basse fretless (jazz, blues) et à la guitare DADGAD en autodidacte (pour les musiques traditionnelles). 

 

Suite à des choix personnels qui l’ont amené à une pause musicale de 5 ans, il décide de se réinvestir pleinement et de finir un cursus de formation. Il intègre le conservatoire de Brest en cursus de musique traditionnelle, tout en suivant des cours de jazz et de violoncelle. 

Ateliers de danse, année 2017/2018: